La prise de conscience écologique, cette grosse claque dans ta bouille

Mais quelle prise de tête sérieux, de se rendre compte qu’on bousille la planète depuis des décénnies et qu’il y a urgence d’agir. Je ne parle pas de le savoir, ça tout le monde est déjà à peu près informé, je parle vraiment de se rendre compte. Vous voyez, ce moment déclic, où on a l’impression que la pièce est un tourbillon autour de soi comme dans un film, qu’on sent un courant de stress parcourir son corps de haut en bas et qu’on se dit « mais MERDE ! ».

La 1ère fois que j’ai eu ce déclic, c’était en Avril 2015, quand j’ai compris l’impact de l’élevage industriel sur l’environnement. Je suis devenue végétarienne et pourtant croyez-moi, un an avant, on m’aurait dit ça alors que je tapais dans mon entrecôté, j’aurais ri la bouche pleine. Pourtant, je n’ai aucun regret et surtout aucun manque depuis cette décision. J’avais déjà l’impression de faire un truc énorme, limite j’avais la sensation qu’il était écrit « Planet Hero » sur mon front.

Et bien en ce début 2019, alors que j’ai entrepris un grand tri dans ma maison, que j’ai entamé une réduction de mes déchets, que je remets grandement en question ma consommation, autant vous dire que de regarder le début du documentaire The True Cost sur les ravages humains de l’industrie textile m’a mise K.O. Le tourbillon autour de moi et tout le truc.

Parce que ça fait beaucoup tout ça à ingurgiter, et la quantité d’habitudes que ça remet en cause, c’est une montagne.

Là, je suis en phase de transition, c’est à dire que j’ai pris conscience des choses, du fait que je dois changer ma façon de vivre, mais je sais aussi que je ne pourrais pas tout changer d’un coup, ni toute seule au sein de mon foyer. Donc ça prend du temps, et c’est assez frustrant de savoir l’impact d’un emballage plastique mais de devoir encore en jeter des dizaines par semaine parce qu’on a pas encore trouvé d’alternative.

Les efforts qu’une telle transition demande sont gigantesques, parce que même si ça commence à se répendre, la société n’est pas encore adaptée à ça, et c’est une lutte quotidienne. Là actuellement je me prépare psychologiquement à débattre des couches lavables avec la future directrice de la crèche, je cherche un vélo pour mes déplacements en ville, je teste chaque semaine un combo de lieux de courses différent pour voir lequel a la meilleur balance budget/qualité/zéro déchets, je lis des tonnes de conseils pratiques, j’ai orienté mon Instagram sur cette thématique pour partager mon expérience et recevoir en retour d’autres témoignages, je cherche une solution pour composter sachant que je n’ai pas de place à l’intérieur et une simple terrasse sans vrai jardin, et je me demande pourquoi je n’ai toujours pas investi dans des mouchoirs en tissu à chaque fois que je me mouche avec de l’essuie-tout. Bien entendu, cette petite tornade fait son chemin en plus du reste de la vie quotidienne, du boulot, de la famille etc.

En fait, il y a tellement de choses à changer qu’il est difficile de savoir par quel bout commencer. Il existe des tonnes d’associations, de bouquins, d’évènements sur le sujet, mais à l’heure actuelle, je n’ai encore pas vu grand chose de pratique. Je suis convaincue que c’est ça qui manque, une bonne vieille méthode efficace, étape par étape, qu’on peut adapter à son mode et à son lieu de vie. Une application mobile dans laquelle tu sélectionnes les habitudes que tu veux changer (manger plus sainement, réduire mes déchets, consommer de manière responsable, avoir une vie plus écologique de manière générale) et hop, chaque jour ça te donne tes tâches à faire, avec les lieux pour te fournir près de chez toi, dans le respect de ton budget. Si quelqu’un est motivé pour développer ça, je veux bien faire toute la stratégie marketing et digitale sur la base du volontariat.

En attendant, ça n’existe pas, et celui qui a osé dire que changer ses habitudes c’est simple est un arnaqueur. Parce que la réalité, c’est que c’est compliqué. Nécessaire, c’est indéniable, mais compliqué. C’est idiot pourtant parce que le but, au-delà de faire ça pour la planète, c’est de se simplifier la vie ! Les leaders dans chaque catégorie (Marie Kondo pour le rangement, Béa Johnson pour le Zéro Déchet, Ryan Nicodemus pour le minimalisme etc) sont tous formels et on veut bien les croire : leur changement radical d’habitudes leur a grandement simplifié la vie. Mais le cheminement, lui, est long et complexe.
Elle est là la réalité : le XXème siècle a inventé tout un tas d’objets et d’industries censées faciliter la vie des gens, pour au final nous enfermer dans des habitudes destructrices dont on doit se débarasser pour…se faciliter la vie. Et faire la paix avec la planète. Paye ta logique !

Contrairement aux apparences, je ne suis pas en train de me plaindre ou de remettre en question mon engagement dans cette démarche de changement : maintenant que la prise de conscience est là, je ne peux non seulement pas revenir en arrière, mais je n’en ai en plus pas envie. Le besoin de vivre en harmonie avec la planète et d’avoir globalement une vie plus simple m’est essentiel et me ressemble. Je suis convaincue qu’en vivant plus simplement et plus en phase avec la nature, on s’en porterait tous mieux et on se taperait moins sur la gueule.
En revanche, je comprends qu’il soit si compliqué pour les gens de changer. Si leurs convictions en la matière ne sont pas assez ancrées, ils n’auront pas la volonté nécessaire pour agir de manière significative.

Comment est-ce qu’on peut les faire prendre conscience alors ? En parlant. En partageant ses expériences auprès de son entourage, en montrant l’exemple, en diffusant les bonnes astuces, en soutenant les entreprises qui permettent d’évoluer positivement, en recommandant certains documentaires et livres impactants et surtout, surtout, en évitant de juger. Il n’y a rien de pire et contre-productif je crois que quelqu’un qui prend de haut ceux qui n’ont pas comme lui réussi à changer et qui les fustige. La bienveillance et la pédagogie sont indispensables.

Ou alors on peut attendre des gouvernements qu’ils sortent leur baguette magique, mais je crois qu’on a pas le temps pour ça.

 


Les documentaires, films et lectures qui m’ont aidée à prendre conscience/à engager des changements positifs :

Documentaires
Netflix : Cowspiracy / Minimalism / The True Cost
Demain / Après demain

Films
Okja (disponible sur Netflix)
Captain Fantastic

Livres
La magie du rangement de Marie Kondo (il y a aussi une série documentaire sur Netflix mais c’est bien plus anecdotique que le livre)
Zéro Déchet de Béa Johnson
La famille presque zéro déchets de Bénédicte Moret et Jérémie Pichon (ils vont en sortir un prochainement sur la famille en transition écologique et j’ai hâte parce qu’ils sont formidables, drôles et réalistes dans leurs propos)

Photo by rawpixel on Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s