Comment survivre en tant que brave homme dans ce monde de féministes susceptibles

Franchement, je dois avouer…les filles ne semblent pas simples à comprendre sur ce point. Pourtant, certains hommes, naturellement et sans qu’on ait eu à leur rabacher les choses, agissent avec respect et ne se font jamais taxer de sexistes ou machos. Et ce ne sont pas des moines pour autant. Mais quel est leur secret? Comment continuer à faire des compliments aux jolies filles et à faire des grosses blagues porno sans se prendre des yeux levés au ciel ou une tronche en « humpf! » ? Je vous dis tout, alors prenez des notes.

Leçon n°1 – Les bases du truc

Un homme aura beau y mettre toute la bonne volonté du monde, il ne pourra jamais vivre ce que vit une femme en termes de sexisme. Il pourra la comprendre, la défendre même, mais le vivre, non. Et on ne lui reprochera jamais. En revanche, quand du coup une femme explique qu’en 2017, il y a de grosses différences de traitement encore, en particulier dans le monde du travail et au quotidien, il ne faut jamais, jamais, oh jamais, remettre sa parole en doute. Elle ne l’expliquera pas toujours facilement parce que c’est du vécu, du ressenti, mais c’est un fait.

Ce qui pose problème en fait, c’est d’être soit vue d’abord comme un être de sexe féminin avant d’être vue comme un être humain tout court – quand pour les hommes bien souvent on ne se pose pas la question, ou d’être vu d’abord comme un objet sexuel. Ce que veulent les femmes en fait, c’est avoir le même traitement que les hommes : qu’on les considère pour ce qu’elles sont en tant qu’humain, avec leur caractère, leurs compétences, leurs choix vestimentaires éventuellement, mais pas pour ce que la nature a décidé de leur attribuer comme genre. Par souci d’égalité d’abord, et aussi parce que souvent donc, ce genre féminin est utilisé soit comme un défaut, soit comme un atout physique.

Enfin, pour terminer cette première leçon introductive, j’ai bien conscience qu’historiquement, la considération de la femme comme un être humain respectable et autre chose qu’une poule pondeuse est relativement récente, c’est à dire quelques dizaines d’années seulement. Je comprends que dans l’esprit collectif, dans une époque où il y a encore des gens qui ont connu une France sans droit de vote pour les femmes ou sans droit de travailler sans l’autorisation du mari, il peut être difficile de se détacher réellement de siècles de différences de traitement. Pour autant, avant de crier au sexisme envers les hommes dès que les femmes ont le malheur de prendre un peu les mecs pour de la chair fraîche, on va peut-être déjà essayer de se mettre au même niveau. Parce qu’en réalité, si les femmes sexualisaient autant les hommes qu’eux le font, si les hommes étaient eux aussi aussi fréquemment ramenés à leur genre, il est probable que le féminisme n’existerait pas.

Leçon n°2 : le cas du compliment sur le physique

Les mecs, je vous comprends sincèrement. Parce qu’une fille, elle veut qu’on lui dise qu’elle est belle, mais souvent quand vous le faites elle vous envoie chier et vous rentrez dans le néant de l’incompréhension. Pourquoi ? Je vais vous donner un mot magique : le contexte.

Oui, pour les compliments sur le physique, c’est surtout une question de contexte, et de rapport avec la sauce. Prenons des exemples concrets, avec un compliment simple « Tu es tellement jolie quand tu souris! »

Exemple 1 : Un homme est au restaurant avec sa rencontre Adopte un mec du jour. Moment de séduction, il lui raconte une connerie, elle rit. Sous le charme, il lui dit « Tu es tellement jolie quand tu souris! »  – Là on est bon. Le contexte s’y prête, la fille qui vient rencontrer un homme aime autant qu’il la trouve jolie. Elle va kiffer.

Exemple 2 : Un homme est en train de prendre son petit-déjeuner pendant que sa conjointe se prépare pour le travail. Elle arrive dans la pièce après avoir pris soin de s’habiller, de se maquiller et de se coiffer, elle est de bonne humeur et sourit naturellement. Sous le charme, il lui dit « tu es tellement jolie quand tu souris » – Là on est bon. C’est son mec, elle a mis une attention particulière à se rendre jolie, elle affiche sa bonne humeur et il note les efforts. Elle va kiffer.

Exemple 3 : Un homme rentre un peu tard du boulot. Sa copine est avachie sur le canapé, en pyjama, démaquillée, un vieux chignon molasson sur la tête, et elle se marre devant un épisode des Simpsons. Sous le charme et heureux de voir enfin quelqu’un de joyeux après cette journée de merde, il lui dit « tu es tellement jolie quand tu souris ». – Là on est bon. La meuf ressemble à rien et le mec amoureux lui fait comprendre que pour lui elle est quand même jolie et qu’en souriant elle lui fait du bien. Elle va kiffer, voire être excitée.

Exemple 4 : Un patron prépare un RDV client avec sa commerciale. Ils ont bien bossé le dossier, mis en avant leurs produits et savoir-faire, anticipé les objections à venir et répété leur discours. Juste avant de rentrer chez le client, il lui dit « Et ayez l’air heureuse hein, vous êtes tellement jolie quand vous souriez! » – Là c’est chiant. Parce que ça n’a aucun rapport. Est-ce qu’accompagné d’un commercial il lui aurait dit « souriez ça vous rend beau »? Très certainement que non. En plus de ça commercialement la fille doit savoir que si elle tire la tronche ça va être compliqué, elle n’est pas idiote, donc c’est évident qu’elle va être souriante. De plus, son physique ne devrait pas être un atout si elle a les compétences qu’il faut. Posez-vous la question : quel est le rapport entre le fait qu’elle soit jolie et le RDV ? Si vous pensez qu’il y en a un parce que ça sera toujours un bonus pour signer, et c’est plus facile que de défendre son dossier, vous avez le droit d’être con. Si vous ne voyez pas le rapport bah… Voilà. Donc évitez. Pour info, la même situation avec le client qui dit ça à la commerciale c’est pas bon non plus, pour les mêmes raisons.

Pour conclure cette leçon, bien sûr que les femmes aiment les compliments sur leur physique, mais il y a un contexte pour tout, et surtout dans le milieu professionnel, sauf si on est actrice ou danseuse de pole dance, on n’aime pas être rapportée à notre physique. Il n’y a tout simplement pas sa place, d’autant plus dans une époque où les différences de salaire et de promotion sont toujours aussi grandes entre hommes et femmes.

Leçon n°3 – Le « respect » pour les femmes

De mon expérience, je pense qu’il y a beaucoup d’hommes qui sont persuadés d’être parfaits avec les femmes alors qu’elles les considèrent justement parmi les plus lourds. Tous les hommes que j’ai rencontrés qui rapportent systématiquement les femmes à leur physique se défendent de la même manière : « Moi j’ai énormément de respect pour les femmes ».

Sachez une chose : si vous dites ça mais que vos paroles ou actes démontrent une vision de la femme comme un objet sexuel ou ayant moins de compétences/légitimité que les hommes, c’est limite pire que si vous étiez un macho assumé qui au moins est cohérent. Parce que quand vous dites « Moi j’ai énormément de respect pour les femmes », on entend « Moi j’ai énormément de respect pour les femmes : on est tellement bien dedans ! »

La cohérence c’est important. Vous avez le droit d’être sexiste ou macho en soi. Ne vous attendez pas à ce qu’on se tape des franches rigolades, mais si vous l’assumez pleinement, vous serez plus crédible, voire respecté. Oui, ça peut paraître étrange, mais on préfère généralement quelqu’un de droit dans ses bottes avec lequel on sait à quoi s’attendre que quelqu’un qui dit l’inverse de ce qu’il fait et qui se ment pour faire bon genre.

Leçon n° 4 – Les clichés et généralités

Oui, il y a des filles pénibles. Oui il y a des filles jalouses. Oui, il y a des filles encore plus pénibles et jalouses quand elles ont leurs règles parce que ça leur fait mal et que les hormones les rendent irritables et vous ne saurez jamais ce que c’est (chanceux que vous êtes).

Mais pas toutes les filles du monde entier. Donc de la même façon que vous détestez entendre dire « Les mecs sont tous des salauds et des lâches qui n’assument rien » parce que vous, vous n’êtes pas comme ça et bien… Breaking news : c’est pareil pour les filles !

Leçon n°5 : Et pourtant vous pouvez être un mec de base qui fait des blagues de cul

Avec tout ça vous pourriez penser que les hommes n’ont surtout rien le droit de dire aux femmes, ou même de parler du physique des femmes, de faire des blagues sur les femmes ou sur le sexe. Bien au contraire. D’ailleurs, vous discuterez parfois du physique d’une femme avec une autre, ou ferez rire bien des dames avec vos blagues graveleuses. Il suffit simplement qu’elles ne se sentent pas visées personnellement.

Pour illustrer mon propos, je vais vous parler de certains de mes collègues qui travaillent en production d’une agence web. Ils m’ont montré que des mecs peuvent très bien être des mecs, et pour autant ne jamais être sexistes, ou lourds, ou faire sentir aux collègues féminines qu’elles sont des femmes avant tout. Leur recette est simple :

  • Ils s’adressent aux filles en tant que personnes à une certaine fonction dans l’entreprise, comme aux hommes, et quand ils parlent boulot ils parlent des compétences, du caractère éventuellement, mais de celui de l’être humain, sans jamais faire de raccourci.
  • Ils commentent le physique des jolies candidates au recrutement qui peuvent passer dans l’agence, voire des clientes, mais jamais devant elles, et toujours discrètement. Ils ne leur font jamais sentir.
  • Ils parlent de sexe, de seins, enfin la base quoi, même devant les filles, mais ils parlent d’eux, et jamais d’un membre féminin de l’équipe. Ils ne font jamais de parallèle.
  • Ils ne rient pas aux commentaires ou blagues sexistes que d’autres hommes peuvent faire devant eux. Je dirai même que ça les gonfle parce qu’ils ne voient pas le rapport. En fait ils réfléchissent quoi.

Bref, ils sont reposants.

Conclusion

En étant un peu cohérent et en gardant les compliments et commentaires dans le bon contexte, finalement, ce n’est pas si compliqué. Et en plus vous sortirez du lot, ce qui ne sera pas sans flatter votre égo mes chers. Oups, généralité?

5 réflexions sur “Comment survivre en tant que brave homme dans ce monde de féministes susceptibles

  1. iotop dit :

    Bon jour,
    Un texte fort intéressant.
    N’empêche que je reste persuadé pour ma part que la racine judo-chrétienne est à la base de dissensions entre homme et femme. En effet, depuis une certaine Genèse Eve et Adam, on a tout fait pour les séparer et non pour les unir en une seule entité. Et de fait en 2000 ans d’existence, il reste des marquages, des empreintes, des tatouages qui sont difficilement solubles même avec le temps. Alors, depuis le départ on a fait le distinguo entre femme et homme, on devrait changer de cap est annoncer le mot : humain(e). Nous sommes avant tout des humains. Il est un fait avéré que nous ne sommes pas 100% femme ou homme mais bien avec des pourcentages bien différents. Avec une personnalité, des opinions, une histoire, … Ce qui fait la richesse de notre monde.
    Par ailleurs, nous avons une société qui met toujours des étiquettes : ça c’est pour les femmes et ça c’est pour les hommes. En fait, on est toujours dans le « parcage ». Et pour finir, car ce sujet est vaste, quand les mères arrêterons d’éduquer leurs filles en femme parfois soumises et les pères d’éduquer leurs fils en homme parfois phallocrate, et que la société dans sa façon de consommer, de penser (voir les médias), de vivre, … nous pourrons peut-être avoir des comportements autres mais surtout humain.
    Max-Louis

    J'aime

    • junkanmood dit :

      Tout à fait d’accord 🙂
      En effet, comme je le dis dans la leçon 1, la considération réelle des femmes est très récente encore, donc il est logique que des choses soient ancrées. Toutefois, mon objectif avec ce billet est de faire comprendre aux hommes qui le veulent comment ils peuvent aider la cause « Humains » en évitant de faire fausse route. Le féminisme est aussi souvent mal vu parce que considéré comme agressif et il est vrai que certaines personnes ne sont. Elles restent toutefois une minorité, et une grande partie du problème d’après moi est un manque de compréhension et de messages à faire passer. Beaucoup d’hommes ne comprennent pas vraiment ce qu’attendent les femmes (par exemple les compliments, sans explications sur le contexte ça peut sembler totalement paradoxal), et beaucoup de femmes se sentent vite agressées sans savoir vraiment mettre les mots sur ce qui ne leur va pas.
      J’ai bon espoir qu’avec plus de compréhension et d’échanges, on arrivera enfin à parler d’humain. Il existe des différences physiques entre les hommes et les femmes, et bien souvent des différences de perception et de fonctionnement, mais l’un n’est pas supérieur à l’autre. Les différences devraient être accessoires et le traitement de l’être humain individuel indépendant de son genre.

      Aimé par 1 personne

  2. Astroboulette dit :

    Bonjour !
    L’article part d’une bonne intention, mais je trouve qu’il laisse transparaître des idées généralistes et sexistes… Déjà, la première phrase : « les filles ne semblent pas simples à comprendre sur ce point » est écrite comme une vérité générale (je pense aux phrases « nous les filles… »). Il y a beaucoup de phrases sur lesquelles je ne suis pas d’accord du tout, mais au lieu de faire un pavé, je préfère laisser un lien rempli d’informations sur le féminisme, qui peut être éclairant pour n’importe qui : http://bafe.fr/ 🙂

    J'aime

    • junkanmood dit :

      C’est dommage au contraire que tu ne développes pas plus tes idées ! Le site Bafe est très bien mais il faut avoir envie de se plonger dedans et il regroupe des idées de centaines de personnes sur le féminisme. Personnellement je trouve qu’on communique bien mieux en parlant de ses propres idées.

      Pour ma part, je suis très réaliste sur le féminisme : je crois qu’il y a un manque de compréhension et de communication assez cruel entre la plupart des hommes et la plupart des femmes (dont l’utilisation du verbe « sembler » et pas « sont » dans ma 1ère phrase, je parle donc d’une impression donnée et non d’un fait 😉 ). Beaucoup de messages féministes généralisent justement « Les mecs » et balancent des faits sans explications derrière. Finalement, à vouloir l’égalité, on en oublie parfois que nous avons toutefois des différences de fonctionnement et qu’il faut savoir s’adapter à son auditoire. C’est le but de cet article, expliquer le fonctionnement de beaucoup de filles sur des comportements et remarques quotidiennes, afin d’expliquer en quoi beaucoup d’hommes font fausse route.

      Mais il m’est un peu difficile d’avoir un échange constructif sans avoir ton avis, donc n’hésite pas! 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s